AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bloody Jack
Les mots ne vivaient que par eux.

avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 21
PUF : Judd ~ Zazouw
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.   Dim 25 Juil - 14:13



    Ses lèvres en tremblent encore et sous mon poids son cœur vibre plus fort et les craintes qu'elle a s'amplifient. Elle sait qu'une autre fut dans mon lit, tout bas je lui murmure de calmer toutes ses inquiétudes. Et dans mes mensonges je lui rappelle, qu'à mes yeux il n'y a plus qu'elle. CDP & Julien Doré


    Son ombre glisse sur l'herbe tendre, le paysage défile, le vent tourbillonnant dans ses crins, élancé dans un galop somptueux, on pourrait même dire, tant par la grâce de ses mouvements, que ses sabots caressaient le sol. Ses muscles roulant sous sa peau dorée, le mâle s'arrêta finalement au bord de l'eau, le bout de ses sabots s'enfonçant dans la terre quelque peu boueuse qui bordait le lac. Sa queue fouettant sauvagement l'air, les mouches l'envahissant un peu trop, ce qui pour lui était loin d'être élégant. Balançant son encolure de droite à gauche, chassant ces intruses. Bloody pivota sur ses talons, observant l'endroit qui l'entourait. Les oreilles enfoncées dans sa crinière satinée, il émit un ronflement approbateur.

    C'était joli, les feuilles des arbres vibraient au doux contact du vent, le lac reflétait parfaitement la splendeur du lieu, les hauts conifères ondulant au gré du suroît qui chatouillait de son air chaud ses gouttes. Le ciel semblait se faire dévorer pas les résineux tant leurs pointes montaient, semblent vouloir attraper les nuages.. Ou la lune, qui se faisait discrète dans un coin du ciel, elle n'avait pas encore disparu, et n'avait pas l'air de vouloir partir. Bien moins vive que la nuit, elle semblait nous surveiller de tout là haut, comme si elle pouvait voir chaque actes que nous faisions. L'eau était calme, quelques légères houles apparaissaient de temps en temps, mais rien de plus. Oh si! De petits geysers semblait la remuer à certains endroits. Le soleil posait ses rayons lumineux sur le monde, chauffant en même temps la peau du mâle, son corps brillant au "contact" des rayons. Il déposa doucement sa langue sur l'eau, s'abreuvant de celle ci, savourant chaque gorgée de celle ci. La chaleur trop lourde à supporter pour le mâle, il n'hésita pas longtemps à aller dans l'eau. Son corps s'engouffra alors petit à petit, pour bientôt ne laissait dépasser que son encolure, il déposa doucement sa tête sur la surface, semblant la laisser flotter. S'endormant petit à petit, ses paupières commençant à recouvrir ses yeux sombres.. Ne faisant plus attention aux bruits de pas qui s'approchaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.   Dim 25 Juil - 16:56

    (Très beau texte. Je vais faire un peu plus court, désolé, parce que ça me permet de répondre plus souvent.)


    Earwen
    Comme au premier jour, mon Amour;
    une étreinte passionnée.



    Depuis plusieurs jours déjà, l'alezane sans âge, figée dans son immortelle et spectrale beauté, plongeait dans un doux rêve éveillé qui la ramenait à ses origines; une nostalgie estivale où son coeur explosait de la douceur et de l'amour d'antan. Elle perdait, pour un moment seulement, ses allures mystérieuses et manipulatrices, bien que ces dernières aient toujours été c*nçues dans une juste bienveillance. Elle était dévoilée, peut-être encore plus belle que par tous les autres temps, parce qu'elle était vraie. Son coeur à nu, elle ne le donnait pas; personne ne l'aurait pris. Non, c'était une danse éternelle, les vestiges d'une grâce désormais sans intérêt, parfois le souffle d'une mélodie passée; mais jamais oubliée.
    Là, seule, elle valsait lentement entre les troncs noueux des pins qui bordaient le lac; dans une ronde gracile et élégante, comme le fantôme d'une reine défunte l'eut fait. L'amour n'était plus, non, plus que dans les yeux du Monde. Et elle chantait, voix suave et ensorceleuse, les mots décalés et hors du monde. Son corps aux courbes parfaites s'enroulait autour des arbres sans jamais les heurter, l'alezan doré de sa robe brillait d'une pâleur fantômatique. C'était irréel. Elle n'était plus, elle n'était pas; qu'une apparence tout au plus, un corps.
    Elle avait un tendre sourire aux lèvres, et son coeur souriait de même, de la seule passion qui l'eut jamais fait vibré. Nostalgie. Belle nostalgie. Elle ne regrettait rien.
    Elle se rapprochait peu à peu du lieu de baignade si convoîté. Le clapotement de l'eau contre la berge imbibée faisait partie intégrante de son chant, la Nature était elle, elle était la Nature. Un décor. Elle savait déjà qu'elle n'était plus seule.
    Mais la danse rêveuse continuait. Pour l'éternité.
    Le chant s'éleva légèrement à travers la lisière pour venir secrètement s'adresser aux oreilles du mâle sublime qui somnolait dans le liquide argenté.
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Jack
Les mots ne vivaient que par eux.

avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 21
PUF : Judd ~ Zazouw
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.   Dim 25 Juil - 19:51

    Vaut mieux perdre la vie que perdre son amour.
    Vaut mieux ne plus penser que d'y penser toujours.
    Vaut mieux jamais aimer que d'aimer pour toujours.
    Mieux vaut mourir de mort que de mourir d'amour. Saez.


    Un chant, doux, anodin, et mélodieux vint tirer le mâle à la robe d'or de ses rêveries. Soulevant son encolure, cherchant la source de cette mélodie, il pivota en souplesse dans l'eau, pour enfin poser ses yeux sur l'inconnue à la robe de feu. Doucement, ses oreilles firent leur apparition, son regard devint étrangement doux, son regard chocolat parcourant, bien que loin, le corps svelte de la belle. Il émergea peu à peu de l'eau, faisant vibrer son corps pour chasser un peu l'humidité de son corps et être bien vu par la demoiselle. Un petit sourire chaleureux se dessina sur ses lèvres grises et encore humide, son toupet cachait partiellement sa vue, et confiant, il s'approchait d'elle. Arrivé à quelques mètres d'elle, il resta sur ses gardes, et laissa 5mètres entre eux, ne voulant pas paraître collant ou trop sûr à son goût. Se tenant fièrement, le poitrail légèrement bombé sans pour autant exagérer et paraître hautain au regard de la belle, ses oreilles pointée vers celle ci, l'observant attentivement, se délectant de sa présence et de l'odeur sucrée et féminine qu'elle dégageait.

    Elle était vraiment belle, un robe plutôt rousse, pas assez pour agresser les yeux, mais assez pour se faire remarquer par le mâle doré. Une crinière en cascade, une encolure souple et fine, une tête aux traits doux. Elle était agréable à regarder, et l'étalon ne se lasserait sûrement pas d'un si joli corps, des jambes longilignes et fines, des courbes ronde, une croupe rebondie, que pouvait il demander de plus? Il est certain que le fait d'avoir changer de territoire ne lui déplaisait pas si toute les femelles avaient la même silhouette que celle ci. Et d'une voix douce et sage, il prit parole.

    « Ma douce, je vous avoue que je trouve votre silhouette ravissante et votre voix mélodieuse. Mais attention, ne vous y méprenez pas! Je ne suis point de ces pervers qui pillent le cœur des femmes et abusent d'elle par la suite. Non, juste un idiot tombé sous le charme de vos formes. »

    (T'inquiètes pas je comprends Heart & ton texte aussi est ravissant :). )


Dernière édition par Bloody Jack le Lun 26 Juil - 9:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.   Lun 26 Juil - 8:50

    (Merci :) Je sens que je vais aimer ce topic oups )


    A mort les illusions;
    Brûlez les mirages et leurs jeux,
    Je n'aimais que toi.
    .


    Son corps discrètement musclé émergea de l'eau qui ondula en petite vaguelettes à partir de cet épicentre flamboyant. De petites gouttes d'eau s'accrochaient au poil lisse du mâle et glissaient avec une lenteur sensuelle le long de sa chair imbibée. Il avait un visage unique, d'une fantastique beauté qu'accompagnait un regard profond et envoûtant. Tout était parfaitement dosé, le petit sourire avenant, l'allure fière mais non exhibitionniste; la séduction était un art dont il était maître. Toute sa personne dégageait une incroyable attractivité à laquelle les désirs de la chaire se devaient de ne pas résister. Elle avait trouvé un égal. Earwen avança avec une grâce inconnue l'un de ses antérieurs dans le no man's land qu'il avait merveilleusement établi entre deux. Le chant s'évanouit dans le bruissement des feuilles chantantes des arbres dans lesquelles il était né. Son regard gravit avec une admiration modérée le corps désirable de son interlocuteur; et ses grand yeux bruns qu'entouraient de longs cils noirs, au regard secrètement et chastement torride, trouvèrent leur place en face des miroirs sombres du mâle.

    La voix tendre et placide de l'étalon doré combla parfaitement l'ouïe délicate de l'alezane. Un sourire féérique dansant d'un mystère séduisant dont elle avait le secret se dessina naturellement sur ses lèvres. L'illusion du charme opérait. Elle avait tant à répondre face à ces mots, tant de manières de poursuivre ce jeu fou qu'il avait introduit. Une longue et profonde respiration souleva magnifiquement les flancs de la jument, à nouveau sa voix d'une langoureuse féminité ornée d'une gravité voluptueuse acheva de donner à l'air ce capiteux parfum sucré.

    - Il y a sans doutes des lustres qu'on ne s'est adressé à moi de manière si élogieuse et attentionnée, avec des mots si précieusement choisis. Je prends votre compliment comme vrai et vous en remercie. Elle marqua une pause qui avait son utilité, son sourire grignotant légèrement le coin de ses lèvres, puis reprit. Je n'aurais nullement cru que vous puissiez avoir de mauvaises intentions, et je partage vos impressions. De tels mots, lorsqu'ils viennent d'une bouche délicate et sage, ne peuvent être que d'une admirable honnêteté qui est tout à votre honneur, fit-elle en inclinant intimement sa nuque. Elle parlait souvent beaucoup, peu adepte du silence lorsque celui-ci n'avait pas sa merveilleuse utilité. La compagnie du bel inconnu était une aubaine, elle basculait entre deux mondes, lucide et éprise à la fois, mais consciente de tout.
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Jack
Les mots ne vivaient que par eux.

avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 21
PUF : Judd ~ Zazouw
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.   Lun 26 Juil - 10:49

    ( Huhu moi aussi huhu )

    S'en aller, main dans la main, S'en aller, bien avant que l'heure. Oublier qu'ici on n'est rien, oublier qu'ici on a peur. S'aimer sous le croissant de la lune et puis faire l'amour sur la dune. À regarder les étoiles, À sauver notre idéal. Faut s'aimer à la mort, tant qu'on respire encore..


    Un sourire, un battement de cil, des paroles pesées, cela commençait, ce jeu où l'étalon se plaisait à se perdre tout en gardant les pieds sur terre et restant sur ses gardes sans pour autant le montrer. Sa tête pivota doucement sur le côté, un petit sourire se dessina, anodin, et pourtant pleins de charme, son regard doux semblait caressait le doux visage de la rousse. Les mots glissèrent lentement de ses lèvre, les notes se firent tintait dans l'air avec un son grave et à la fois mielleux, si agréable à l'oreille.

    « Vous m'envoyez flatté et à la fois déçu pour vous que si peu de gens ne se comporte comme il se doit face à une demoiselle aussi belle que vous l'êtes. »

    Le mâle prit une délicate inspiration, déposant son regard emplis de mystère et de sagesse dans celui de la femelle pleine de grâce. Il ne bougea pas, ne voulant pas brusquer la demoiselle et par ce geste risquer de lui ôter toute la grâce et la fraicheur qu'elle dégage. Le mâle détourna son regard un instant, la chaleur le terrassant et la transpiration commençant à revenir, il n'hésita pas et, d'une voix enjouée mais toujours douce à l'oreille.

    « M'accorderais vous une baignade par cette chaleur assommante? Je promet de garder distance si vous préférez ainsi, je ne vous en aucun cas vous paraître collant. Car, et vous m'envoyez désolé, bien que je ne fut hors de l'eau qu'un court instant, la chaleur me brûle déjà et me fait horriblement suer, ce qui n'est guère une bonne tenue face à vous. »

    Il garda le même sourire, doux, chaleureux et un tantinet charmeur. N'attendant pas vraiment de réponse de la belle, il pivota sur lui même, faisant valser ses crins au reflet du soleil, et pleins de grâce il s'enfonça tendrement dans l'eau, ne laissant paraître que sa lourde et encolure, le nez contre son poitrail, effleurant du bout de ces naseaux la surface limpide du lac.

    (Omg, j'ai eu un gros moment où je savais pas quoi dire ><"...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.   Mar 27 Juil - 12:33

    ( Ca m'arrive souvent :D )


    Le temps de l'Amour est mort.


    Elle ne fit que s'esclaffer fraîchement, sa voix cristalline résonnant dans le bruissement des herbes, lorsqu'il évoqua ses impressions pour ceux qui ne se montraient pas aussi courtois que lui. Si l'alezane avait été encore jeune, vivante et follement passionnée, et qu'elle l'avait rencontré avant le reste, sans doute eut-il été son prince charmant, sans doute eurent-ils pu s'aimer sur le versant d'une dune toutes les nuits et tous les matins, vivant une idylle adolescente et éperdue.
    Peut-être, oui.

    Elle observait attentivement ses yeux; il avait un regard envoûtant qui la subjuguait avec un désir modéré, elle s'enivrait de son parfum floral et de l'aura énigmatique qui émanait de lui au premier abord. Mais la Belle n'était pas comme les autres Belles qui se valaient si bien. Les longues années passées qui l'avaient immortalisée dans le corps splendide de sa jeunesse, avaient peu à peu révélé une intelligence et une sagesse innées. Elle était toujours seule mais vivait sans cesse au contact des autres, et cela l'avait assagie. Elle devinait bien que ce mâle avait autre chose à montrer que sa (très efficace) parade de séduction. C'était les deux combinés, le lui et l'autre lui, qui faisaient qu'elle était agréablement attirée par son être.

    Elle ne se fit pas prier à une demande si aimable et se mit en marche avec une élégance décalée, flottant dans la brise légère qui rebondissait au creux de ses hanches de feu, se délectant du sourire de l'étalon doré.

    - Ne vous abaissez donc pas à des promesse de ce genre et oubliez ces principes, je n'ai ni l'envie ni le temps de me méfier de vous, répondit-elle avec une douceur mielleuse et complice. Et si le ciel fait que nos flancs se rapprochent, mettons cela sur le compte du hasard des éléments naturels, ajouta-t-elle sans pudeur aucune, sur le même ton de voix bien que les paroles aient implicitement été assez torrides ( What A Face ). Elle eut un large sourire qui égaya son beau visage et plongea à son tour ses membres agiles dans l'eau fraîche, observant, et non à la dérobée, le mâle doré qui semblait goûter à un plaisir raffiné en se raffraichissant. De nouveau, sa voix cristalline s'éleva en un rire mesuré; symphonie mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Jack
Les mots ne vivaient que par eux.

avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 21
PUF : Judd ~ Zazouw
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.   Jeu 29 Juil - 11:53

    Dans le mouvement d'approche, j'ai le mou membre en poche, et d'un pas pragmatique, je pratique la drague... Mais ma poitrine est imberbe, il faut y remédier, pour jouer au salaud comme les fils de John Wayne avec un long manteau, un chapeau... Non, pas la peine !


    Pourquoi dieu riait-elle? Sans doute la belle se rendit compte qu'il ne parlerais pas toujours comme cela. Le mâle esquissa un petit sourire quant ses paroles sifflèrent dans ses oreilles « Et si le ciel fait que nos flancs se rapprochent, mettons cela sur le compte du hasard des éléments naturels », il lança un regard aguicheur à la demoiselle sans pour autant se comporter mal. Il releva doucement la tête, son toupet glissant derrière ses oreilles, le mâle doré s'approcha de la demoiselle avec une démarche tant sensuelle que gracieuse. Le regard secrètement avide de ses hanches si.. attirantes. Son corps glissa dans l'eau, se rapprochant d'elle, tournant autour, semblant le vautour attendre le moment propice pour se jeter sur sa proie, mais, allez savoir, sa démarche n'y laissait pourtant pas penser.

    L'étalon s'approcha d'elle, le regard emplis de malice plongé dans le siens, il se glissa près d'elle, faisant doucement mouver l'eau contre les hanches de la belle, sa queue ondulant dans l'eau, frôlant le ventre svelte de celle ci, un sourire obscène pendu à ses lèvres, il lui montra tout de même qu'il ne cherchait pas à l'importuner, juste à jouer, "gentiment", et qu'il resterais tout de même convenable avec elle. Ses naseaux effleurèrent délicatement la peau satinée de la rousse, et, d'un mouvement de bassin souple, il la poussa sur le côté, et échappa un petit rire, non pas pervers ou moqueur, c'était doux & semblait vouloir enveloppé les oreilles de la demoiselle, en aucun cas il ne lui montrerait ses mauvaises intentions. Il fut rapidement face à elle, et approcha doucement son visage du siens, tandis qu'on aurait cru qu'il allait poser ses lèvres contre les siennes, il emmena sa fine bouche aux oreilles de la belle.

    « Vous ne m'avez point dévoilé votre nom ma belle, c'est fort humiliant de se tenir ainsi face à vous sans savoir à qui l'on s'adresse exactement. »

    Il s'écarta alors, un sourire mystérieux posé sur le coin de ses lèvres, il baissa sa tête dans l'eau, et dans un mouvement circulaire, éclaboussa la demoiselle. Haussant un sourcil, le regard joueur, et s'éloigna innocemment d'elle.

    (Huhu What A Face . Faut pas qu'elle pense que c'est un gros pervers sinon c'est pas drôle :3. Faut rentrer dans le jeu (a) )
Revenir en haut Aller en bas
BlackBerry
Blacky - Chien : D
avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 21
PUF : Pocket
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp: Envie de rp *_*

MessageSujet: Re: Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.   Ven 30 Juil - 9:35

    (J'ai droit aussi à ma dignité :D T'inquiète ce sera drôle quand même, et elle le prend pas pour un pervers roll )


    La peau qui brûle,
    Désir qui embrase,
    Mais désir sans amour n'est qu'un souvenir trop vite oublié.
    J'aurais voulu, oui …



    L'eau ondulait et tournoyait autour d'eux, léchant leurs robes flamboyantes avec une sensualité amère. Le mâle doré dévoila son jeu avec merveille, perfection même du séducteur qui manipule sa proie tant convoitée, jouant sur tous les arcs de corps et toutes les subtilités imaginables. Le souffle de la Belle se fit plus doux et plus saccadé en réponse à ces avances malicieuses, elle gardait un sourire insondable aux lèvres. Jouant le jeu. Il lançait les dés et faisait avancer les pions, elle n'avait qu'à consentir silencieusement et se laisser emporter par la vague de leurs émotions. Pour un temps seulement. Elle le savait bien.
    Elle ne frémit ni ne broncha lorsqu'il fit glisser ses lèvres sur son visage et lui murmura quelques mots simples qui pourtant auraient eu le mérite d'en faire frissonner plus d'une. Mais l'alezane gardait une pleine maîtrise d'elle-même, et c'était bien cela qui faisait sa grâce si chaste et si sombre à la fois; aussi signifia-t-elle à son compagnon, par le biais d'un regard chaud et profond, qu'il était préférable pour lui de ne pas s'abaisser à la considérer comme toutes les autres filles qui avaient succombé. Dans un sens, c'était elle qui menait la danse, car à tout moment elle pouvait décider de fuir ces mystères et ces douceurs. Mais elle ne le fit guère, quel besoin en aurait-elle eu ? Elle s'esclaffa aussi avec naturel quand il effleura ses hanches.
    Légèrement prévisible, après les paroles prononcées, il joua le jeu de l'innocence en l'éclaboussant au passage. Earwen frôla le liquide limpide de ses naseaux puis en imbiba ses hanches en plongeant plus profondément. Elle reposa ses grands yeux bruns sur son séducteur et s'avança très doucement, flottant presque dans l'eau, pour venir déposer à son garrot ces quelques mots murmurants, qui, bien apparemment insignifiants, tâchaient de le mettre en garde et d'éveiller son intelligence.

    - J'accorde peu d'importance aux noms et préfère davantage m'intéresser à leurs porteurs, néanmoins si vous avez raison, la galanterie veut qu'un inconnu si charmant se présente en toute modestie d'abord. Elle eut un sourire indéchiffrable, voix suave et envoûtante.
[Désolé la flemme de changer de compte x')]

___________________



Personnages fixes.
Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Courrez donc mon cher une ombre ne s'évite pas. •• free.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]
» °×---×° Kazuki Vs Train ... Elle était la mort, il était l'ombre. Elle créait les zombies, il les controlait.°×---×° [PV.Kazuki]
» A l'ombre d'un arbre [PV Maëlys + 1 qui veut]
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l i f e h o r s e — Le RPG. :: Beginning. :: Règlement, contexte, MAJ et nouveautés. :: Archivage. :: x Archives du jdr-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit