AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pardonne moi ; Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hällena
Les mots ne vivaient que par eux.



Féminin Nombre de messages : 39
Age : 22
PUF : Toupie
Date d'inscription : 20/08/2010

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp:

MessageSujet: Pardonne moi ; Libre   Sam 21 Aoû - 13:00

Pardonne moi ; Libre
C'est très rare, oui, tout distinguer dès le premier regard paraît incensé, ou plutôt infaisable. Encore une fois, ma curiosité m'ammena a continuer le fond de ma pensée et ce sont mes foulées longues et rasantes qui m'y conduirent. L'humidité du sol laissait un petit son s'échapper lorsque chacun de mes sabots s'y déposait, j'y faisais d'ailleurs guère attention. La tête a demi baissée, j'arpentais ce nouveau lieu qui semblait être apaisant et surtout vide de toute autre présence. Je soupira, puis redressant la tête, permis a mon regard de se balader et dépouser les courbes du paysage doux pour mon regard. Cependant, aucun signe de douceur ne transperça ma rétine. Seul, le vide y régnait.
Eprouvant parfois de la honte envers moi même, de la cupabilité ou du regret, je n'arrivais pourtant pas a laisser perlées les quelques larmes qui se seraient fait un plaisir de rouler le long de mes joues. Malgré cela, j'avais toujours aimé ma mère, mais ne m'étais jamais autorisé a pleurer son décès. La dépression viendrait trop vite dans ce cas là. Et je sais qu'elle ne m'aurait point permis de me morfondre sur son sort ou de m'en sentir coupable. C'était cependant le cas, si j'avais été là, j'aurais pu l'aider a lutter, mais ma présence c'était fait trop tard. Dommage..
Le regard vide, je me contentais simplement d'encrer cette endroit en ma mémoire. Pourquoi avais-je toujours voulu paraître forte ? Finalement, au fond, le suis-je vraiment ? Personne ne pourrait me le dire, d'ailleurs j prenais peine a le savoir, rien n'y changerais. Je m'ébroua, laissant mes crins retombés sur mon encolure, puis ronfla doucement des naseaux, essyant de ne pas me faire repérer. Je n'avais jamais désirer être arrogante, je ne l'étais point aussi. Mais aujourd'hui, je ne désirais point parler. Cela ne sert a rien, seulement lorsque l'on veut raconter sa vie, ce que je n'ai jamais fais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   Sam 21 Aoû - 19:07

    K o r d o k o v


    Un Soleil hurlant de chaleur fuyait derrière la voûte des arbres, cherchant sa prochaine victime pour lui assener une insolation. Un ciel bleu et découvert plafonnait le monde, aussi le couvert des arbres était-il assurément un bienfait. L'étalon massif mouva sa robe brune aux reflets chatoyants et increvables entre les troncs, marchant d'un pas ralenti par la délfagration estivale; mais puissant, et assuré. Il avait aperçu de loin une jument grise vagabondant tout comme lui, mais son esprit embrumé avait seulement souhaité l'ignorer. Un masque d'acier couvrait son visage comme à son habitude, ses traits étaient comme sculptés dans la pierre d'un ruisseau, son maintien gonflé d'orgueil et de dédain pour le reste bien qu'aujourd'hui il soit surtout un peu fatigué par sa marche dans la chaleur et la poussière. Il apprécia l'ombre que lui offraient les branches éparses ainsi que le panorama fort agréable que ses yeux d'un noir froid et dur se faisaient un plaisir de parcourir.
Revenir en haut Aller en bas
Hällena
Les mots ne vivaient que par eux.



Féminin Nombre de messages : 39
Age : 22
PUF : Toupie
Date d'inscription : 20/08/2010

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp:

MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   Dim 22 Aoû - 11:00

Everythings is wrong.


Reprenant mon pas las, je m'infiltrais a travers quelques arbres dont le feuillage volumineux limitait qu'une lumière trop aveuglante se traçe un chemin. Sortie de la broussaille, mon regard sombre arpentais le nouvel horizon, mais quelque chose avait changé. Secouant mon corps léger, j'avança de quelques foulées et aperçu un étalon, bien qu'assez loin, proche d'un arbre. Lui non plus ne semblait point vouloir se mêler a une conversation inutile, du moins, c'est ce qu'il en laissait paraître. Mon regard se projeta sur le sol et j'en profita pour remarquer que tout était peuplé de millier d'insectes. L'inconnu n'effectuait aucuns mouvements, et bien que distant, je ne détachais point mon regard de ce dernier. Son visage n'exprimait rien, non rien, comme un visage d'acier. Je soupira, baissant ensuite la tête au sol. Mes lèvres noires s'approchèrent doucement de la verdure, puis délicatement, mes dents scisaillèrent ce qui me servirait de repas. Mâchant soigneusement, je me contenta d'une seule bouchée. Exposée au soleil, j'avança de quelques foulées, puis m'installa proche d'un arbre moi aussi. Mes yeux ne se détachaient point du mâle inconnu qui m'ignorait. Il semblait être ici depuis bien plus longtemps que moi, cependant je ne désirais point me soumettre a sa supériorité. Il était clair qu'il était bien plus imposant que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   Dim 22 Aoû - 12:31

    Some things are not.


    Il prit un appui léger contre le tronc noueux d'un arbre, reposant sa croupe en pliant un postérieur, toujours avec cet air suffisant. Kordokov se sentait nettement observé; il tourna lentement la tête vers la jument grise également sous le couvert d'un abre, pas si loin. Ses yeux noirs et étrangement distants rencontrèrent les siens sans peine et, sans gène, il planta son regard aiguisé et d'une noirceur folle sur elle, puis détailla rapidement sa morphologie frêle et assez avantageuse, pas vraiment le type qu'il appréciait. Une moue froide et cynique fit bouger les muscles figés de son visage, il détourna le regard à nouveau. Le mâle brun semblait l'avoir ignoré pour de bon après lui avoir jeté son dédain, comme à son habitude, mais pour autant il n'était pas totalement fermé, et bien que distant et narcissique au possible, il ne refusait pas la compagnie. Sa voix résonna alors sous les branches, belle, mais givrée et d'une arrogance noble.

    - On dit que ce lieu a quelque chose de paradisiaque. Il est vrai que les jeux de lumières sont intéressants, mais ce lieu ne me semble avoir ni mélodie, ni âme. Comme s'il s'était adressé au vent inexistant; il ne la regardait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Hällena
Les mots ne vivaient que par eux.



Féminin Nombre de messages : 39
Age : 22
PUF : Toupie
Date d'inscription : 20/08/2010

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp:

MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   Dim 22 Aoû - 20:06

Sometimes, not always.


Généreusement narcissique, l'étalon semblait sûr de lui et aussi fier. Des gestes sûrs, un regard perçant et quelques gestes déplacer le rendait arrogant. Mais cela ne m'empêchais point de continuer a l'épier, au contraire, cela pigmentait cette rencontre. D'ailleurs, il dû se rendre compte de ma détermination a ne pas le quitter des yeux, bien vite, il tourna la tête dans ma direction et pointa son regard noir et distant dans le mien. Soutenant ce regard, je n'avais point envie de le détourner. Cependant, je ne jouais pas non plus a " Qui détachera son regard en premier ? ". Il me détailla, une moue transgressa son visage dur. Un sourire narquois paraissait déjà sur mes lèvres noires et pinçées. Lorsqu'il fut satisfait de ce geste, une voix résonna dans ce petit lieu paradisiaque d'après les dires. La sienne en tout bien et tout honneur, froide et arrogante. Il ne s'adressait point a moi, mais bien a quelqu'un d'imaginaire. Ce lieu me plaisait a moi, d'ailleurs, il m'aurait encore davantage plu si cet inconnu aurai été plus agréable. Physiquement imposant, mentalement arrogant et dressé sur un pied d'estal. Levant les yeux au ciel, je n'observais que de la verdure débordante. Une brise légère et sauvage me parcoura le corps et fermant les yeux, je profita de cet instant rare.
" Moi, je trouve que ce lieu a son charme, même sans âme ni mélodie."
J'avais bien compris que l'étalon brun ne s'était pas adresser a moi, cependant, j'avais répondu, mais pas forcément a lui. Cette phrase était vague, elle importait peu , elle ne changerait strictement rien, mais elle était.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   Mar 24 Aoû - 20:44



    It's all that we need.


    Ses pensées voguèrent peu à peu, lointaines et fugitives, il pensait à des souvenirs qui n'étaient pas de lui comme s'il les avaient vécus; mais il pensait aussi à un passé tumultueux dont la réalité n'était pas à nier. Ses rêves se confondaient, il n'avait pas de point d'attache et vagabondait, cela faisait si longtemps qu'ils s'étaient quittés. De ses yeux noirs au possible rien ne transparut, il se contentait de suivre le mouvement des branches ombrageant le sol. Il prêtait une oreille discrète à son interlouctrice, qui avait répondu à son jeu en bonne et due forme, et d'une façon semblable. Cela l'amusa et l'agaça à la fois, et ce sentiment contradictoire ne jouait pas vraiment en la faveur de la grise. Il lui accorda un imperceptible coup d'oeil. Le contact avec les autres lui était définitivement vital, et pourtant … Un soupir ironique fit battre ses côtes, son visage plus que jamais était glacé et fermé, aux frontières de ce qui inspirait la tristesse. Son esprit las abandonna le sarcasme qu'il s'était mis en tête de jouer une nouvelle fois, il n'était plus qu'une vitre immuable et qui malgré lui, avait besoin d'attention. Un silence lourd prit le chemin de leurs oreilles, il savait qu'il avait entravé ce qui aurait pu être une conversation naturelle et agréable; s'il avait été un autre. La fatigue mentale de sa gorge ne le mena nul part, il était tiraillé entre le besoin semi-conscient de trouver contact et celui de ne pas agir, d'ignorer, de trouver un répit seul. Son regard froid détailla plus minutieusement la jument grise, il remonta jusqu'à ses yeux. Silencieux au possible. Et enfin, au prix d'un effort hypocrite et inutile, lacha ces quelques mots amers qui le dégoûtèrent et que sa gorge sembla cracher :

    - Comment vous appellez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Hällena
Les mots ne vivaient que par eux.



Féminin Nombre de messages : 39
Age : 22
PUF : Toupie
Date d'inscription : 20/08/2010

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp:

MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   Ven 27 Aoû - 20:00

Or all that you need

Mon regard alléché se déposa discrètement sur une de ces pommes rouges, si bien connues de l'empoisonnement, un compte, rien de plus. Pourtant, mon corps refusait d'obéïr, alors, comme une statue, je fus contrainte de rester immobile. Souvent, je pensais me diriger vers un nouveau mode de vie, changer, en oubliant tout, en changeant de personnalité pour enfin ne plus y penser, redémarer du bon pied comme on le dit bien trop souvent, sans se soucier de la difficulté que cela encours. Alors, je me devais de rester ferme et dure, de ne pas me dévoiler, au risque de tout faire chavirer et de couler dans les profondeurs, dans la noirceur du monde et de l'ennui, parce qu'une seconde chance ne se renouvelle pas. Et j'ai tout foutu en l'air. La vulgarité ne sert a rien, peut-être, mais elle détend, tout comme la violence. Pour faire plus simple, lorsque l'on se cherche encore, on teste tout, on ne fait plus attention a rien, ni a la vie, ni au danger que ces changements peuvent encourrir. Mais on se contente de rien.
Et puisque nous n'avons plus rien qui nous demande de rester, plus personne, on ne voit pas ce qui nous tient ici. J'ai longtemps chercher moi même, essayer de déterminer le nombres de personnes qui pouvaient être dans mon cas. Seulement, aucun individu n'a pu me transmettre l'envie de tout recommencer. A quoi cela sert-il d'ailleurs de ce donner une fausse identité. Pff..
Sombrant, la voix de l'étalon résonna une nouvelle fois ce qui m'obligea a réouvrir les yeux. Etrange, ce dernier qui semblait vouloir m'ignorer tel un fantôme, me demandais maintenant mon nom, cherchant mon identité. Perdue, je lança un regard a la fois surpris et froid. Je ne comprenais pas vraiment son attitude, cependant, je ne cherchais pas non plus a creer une tension bien que déjà présente et surtout agaçante. Je détourna mon regard sur une branche vascillante lâchant un bruit sourd, les quelques oiseaux qui s'y étaient déposés s'envolèrent vivement, puis, sans que l'on s'y attende, elle se détacha de son naisseur, laissant un bruit aigu et désagréable s'échapper, la branche fracassa le sol. J'effectua un pas de côté, ce qui me rapprocha de l'étalon.
" Est-ce que connaître mon nom, changerais quoi que ce soit de notre rencontre ? "
Je ne comprenais pas ce qu'il attendais de cette discussion maigre en paroles. Je ne discernais pas son attitude non plus, voulait-il être détesté ou bien attendait-il de l'attention ? Sombre, doux et mystérieux, je ne pus m'empêcher de lui adresser un dernier regard.
" Peu de gens on eu l'occasion de l'entendre, Hällena."
Revenir en haut Aller en bas
BlackBerry
Blacky - Chien : D


Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 21
PUF : Pocket
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp: Envie de rp *_*

MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   Dim 29 Aoû - 20:55

    Exactly.


    Il reçut son regard tout d'abord sceptique avec une impassibilité parfaite, puis ses yeux noirs et durs, qui crevaient tout ce que sa rétine fixait, remontèrent vers une branche grinçant au-dessus de la grise. Kordokov entreprit un compte-à-rebours silencieux, observant sans émotion cette branche sa balancer, le vol furieux et sonore des oiseaux, puis l'abattement de l'écorce sur le sol, qu'il suivit des yeux sans un mot. Il regarda cette branche à terre quelques secondes à peine; puis gravit la silhouette de son interlouctrice et darda ses yeux sur les siens pour ne plus la lâcher, tandis même qu'elle se rapprochait de lui pour éviter d'être blessée par l'infortuné branchage.
    Il haussa un sourcil, austère. Un soupir agacé et imperceptible souleva ses côtes, il savait bien qu'il ne faisait rien pour être compréhensible, et sa propre personne ainsi que les mots de la jument l'exaspéraient. Il ne jugea pas utile de répondre à cette question, bien que cela avait démangé ses lèvres de répliquer avec un sarcasme prononcé.
    L'étalon brun remarqua une pénombre quelque peu changée dans le regard de l'inconnue, qui s'était fait peut-être plus doux et plus secret, mais le sien resta de marbre, comme figé, et il écouta les derniers mots prononcés. C'était bien une manière féminine et ennuyante que de répondre à une question par une autre question pour faire semblant d'éviter de donner une réponse, puis d'attendre un peu, et de livrer cette dernière comme un secret à partager, une révélation ou confidence faite à l'être masculin dans l'espoir que celui-ci désirait plus que tout le savoir. C'était bien évidemment ce que croyait Kordokov.

    Le narquois lui brûla les lèvres en ces termes, n'attendant guère plus pour se dévoiler.

    - En ce cas je suis ravi d'en être. Mais son sarcasme retomba bien vite, éphémère, et le rictus ironique s'évanouit tristement dans l'obscurité de ses lèvres. Il la regardait toujours, immuable, essayant vaguement d'imaginer ce qu'elle était, car il ne savait rien d'elle. Pour se donner un peu de temps, pour un rien, il déclara avec une certaine fierté son propre nom. Je m'apelle Kordokov. Son poitrail magnifiquement sculpté se redressa un peu, il la considérait sous tous les angles.

___________________



Personnages fixes.
Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Hällena
Les mots ne vivaient que par eux.



Féminin Nombre de messages : 39
Age : 22
PUF : Toupie
Date d'inscription : 20/08/2010

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp:

MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   Mar 31 Aoû - 14:35

why don't you to change ?

Un ego surdimensioné, une fierté née, un visage ferme telle une gravure dans la pierre, les côtes qui se soulèvent, s'esclaffent, puis ne bougent plus, endormies. Le regard arcelant, se balladant ci et là, escaladant les moindres formes, divines ou pas soient-elles. Mais il ne s'agit pas de n'importe quel regard, ni de n'importe quel individu qui se sentirait bien concerné par ce petit port d'attention. D'ailleurs bien que très faible, juste des suppositions a son sujet. Se donnait-il un genre pour lutter contre un quelquonque rebondissement dans sa vie qui aurait tout changer ou bien avait-il toujours été comme cela, je n'en savais strictement rien. Et pour cause, je ne cherchais pas a le savoir, son attitude démontrait bien que parler n'était point son maître mot, ce n'était pas le mien non plus, mais je concevais de faire quelques efforts, ce qu'il n'avait pas l'air de faire, lui. De toute manière, rien n'y changerait, du moins, c'est ce que je pensais, je pouvais me tromper, aussi.
Mon attitude semblait l'avoir agaçé, tout d'abord a le voir, lui et son rire mesquin et tout aussi mystérieux qu'agaçant, je n'y prettais guère attention.C'est lorsqu'il fut pris d'un élan de politesse, peut-on dire, que mon port de tête se tourna en sa direction. Aucun trait ne différa cependant. C'était plutôt triste et décevant de ne point pouvoir se contenter de cela pour avoir de l'estime en quelqu'un. Le manque de confiance que j'avais en lui m'infligeais le besoin de ne pas croire en sa sincérité. Cependant, il n'avait pas un fond enfantin, le mensonge n'en était pas moins. Aucune réplique ne m'étais parvenue aux lèvres, c'était aussi simple, il n'y avait rien a dire.
" Kordokov " bomba son poitrail armonieusement, laissant transparaître sa fierté a travers ses traits qui pourtant étaient durs et fermes. Impassible, je restais a ma place. Je ne devais point montrer de l'agression envers l'étalon, jusqu'ici, jamais je n'avais démontrer un comportement déplaçé contre un inconnu ou autre. Seulement, les niaiseries n'étaient pas non plus mon truc. Je délaissa simplement un regard au brun, je ne trouvais pas de mot coïncidant avec ce que j'aurais pu dire, et puis parler n'étais pas toujours que bon.
La journée défilait, les petits volatiles s'engagaient a passer la nuit dans leurs nids respectifs, certaines bêtes rentraient, d'autres sortiraient sans doute.

[ Médiocrité absolue, désolé ]
Revenir en haut Aller en bas
BlackBerry
Blacky - Chien : D


Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 21
PUF : Pocket
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp: Envie de rp *_*

MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   Lun 6 Sep - 18:09

    [Tu plaisantes j'espère °___°
    Et désolée du retard, mais j'imagine que tu comprends, la rentrée ]


    There's no need to change, Darling.


    Une fin d'après-midi lasse et frivole; pourtant le soleil déclinait si tendrement, et si chaudement, et l'herbe était encore d'un vert fugace et printanier malgré les folies estivales, et les troncs respiraient la résine d'un ciel paisible. Le crépuscule tardait à venir, redoutant ces cotons de ténèbres bleuâtres qui glacent le monde; et luttait encore un peu pour préserver la chasteté du lieu. Ce qu'il avait dit été faux. Cette place était belle et enviable, exhalant une sérénité discrète et une biodiversité enchantante, un véritable tableau pittoresque, tous semblaient s'y plaire. Elle était belle, mais pas pour lui. Un sourire fugitif peignit les lèvres du mâle brun à l'improviste quand il s'attarda sur un couple d'oiseaux batifolant ensemble avant de rejoindre le nid conjugal où siégeaient leurs petits.
    Kordokov élança un autre regard à sa compagne , plus souple et moins cynique, qui traduisait son simple réflexe d'examiner encore une fois ses courbes, ses réactions, de signifier inconsciemment sa présence, oui, après tout; elle était là. Elle ne répondit pas à ses derniers mots vifs et fiers. Il ne lui en tint pas compte, il n'y avait rien à répondre. Un soupir étrange souleva profondément sa cage thoracique, les mots n'avaient plus de sens, n'étaient pas. Il extermina le reste de syllabes qui chahutaient dans sa gorge, fit taire et intentions saugrenues et actions préméditées. Et ferma les yeux. Quelques secondes à peine. Le temps que son esprit vagissant s'évanouisse dans cette contrée verdoyante. Le temps que son corps s'exprime de lui-même, non plus sous le joug de l'orgueil, mais libre et amène, sous la dictée de son subconscient ou même presque pas, un être naturel. Un pas, puis deux, le voilà en route, ses membres se délient parfaitement et révèlent leur grâce, le pli de l'épaule se décontracte et s'affaisse, ses lèvres partent à la la rencontre des branches, prunelles ouvertes sur le monde avec une douceur acquise; il marche. Et un instant, un seul, souhaite simplement être accompagné. Puis maudit cet instinct grégaire et faible. Et la magie reprend, tandis qu'il essaye de ne pas penser. Malgré sa conscience snob qui s'éteint, ses yeux délivrés prennent d'assaut la forteresse cendrée d'Hällena, il la regarde, comme il aurait du regarder tout être auparavant; il la regarde comme une égale, une inconnue, il ne la connaît pas. Et s'attarde … Le soleil se joue de sa robe aux reflets chatoyants, toute beauté révélée alors même qu'il a quitté le couvert des arbres; et il la regarde. Vraiment.

___________________



Personnages fixes.
Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Hällena
Les mots ne vivaient que par eux.



Féminin Nombre de messages : 39
Age : 22
PUF : Toupie
Date d'inscription : 20/08/2010

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp:

MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   Lun 6 Sep - 22:41


  • [ Oh oui, comme je te comprend ! ]
  • " I can like you such as you are, do not change "

    Cette journée pauvre en paroles semblait venir a sa fin, l'astre solaire descendait de l'autre côté, celui que l'on connait pas, nous n'avions plus qu'a l'attendre demain. S'il decidait a venir ou non. Le ciel, cet immense océan dont personne n'en connaissait les proportions et qui semblait interminable, se faisait sombre, filant d'un dégradé, passant d'un bleu clair teinté de couleurs vives à d'autres teintes plus sombres, longeant d'abord le bleu, au noir, profond. Mon regard lové par ces changements, je ne bougeais point. Cependant la fraîcheur du soir ne tardait pas a nous englober. Ses bras longs et fictifs, semblable a de la soie, m'entouraient, frôlant ma peau encore tiède, elle épousa les courbes de mon coprs frêle qui, sous cet effet " climatique " frisonna. Le petit tremblement propagé, je secoua légèrement l'encolure, laissant mes crins se replaçés d'une autre manière.
    Le froid m'avait condamnée, mes membres étaient de glaçes, désormais, plus aucun mouvement ne me semblais anodin. Je soufflais, laissant transparaître un léger nuage blanc s'évaporer quelques secondes plus tard. La nuit venait de tomber tel un rideau, indiquant la fin d'une pièce théâtrale, or, il ne s'agissait que de la réalité, aucun signe d'irréel ici ou de désir d'évasion. Pourtant, le contexte dans lequel nous étions prêtais à y croire. Ce verger unique, ne pouvait être décrit seulement dans un autre monde. D'ailleurs la raison en était, ce lieu était apprécier de tous grâce a cet aspect de fiction. Vue opaque, épaisse et lourde, je fus contrainte d'hausser les paupières pour remarquer que malgré la nuit tombée, on voyait encore clair. Cet aussi à ce moment là qu'une silhouette massive, corpulente et cadencée se mouvait. Mon regard se détourna face a l'intéressé ; Kordokov. Etalon au nom a la fois mystérieux et au caractère tout aussi insuportable qui pourtant nous empêchait de le haïr. Incapable de faire un mouvement, j'aurais pu me dérober sous mon poids bien que léger.
    Cet inconnu dont seul le nom était en ma possesion, laissa ses lèvres sombres se déhanchées face aux branchages conséquents. Ses pas reprirent vie, puis il apparu sous un autre angle. Cette fois ci, découvert de tout arbres ou verdure, seul lui, se présentait face a moi. Son masque comme tombé, une vague impression m'envahissa, je le sentais plus décontracté qu'auparavent, certes moins distant et peut-être plus agréable. Dit-on que la première impression est la bonne ?
    Mon regard ne pouvait être que soutenu par le sien, aucun écart ne m'était permis, ses yeux comme dorés par l'astre couché s'étaient emparés des miens. Une vaque chaleur se propagea au travers de mon corps. Stupide, j'avançais d'un pas, m'arrêtant là ; l'avenir m'étais plus que secret.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pardonne moi ; Libre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pardonne moi ; Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l i f e h o r s e — Le RPG. :: Beginning. :: Règlement, contexte, MAJ et nouveautés. :: Archivage. :: x Archives du jdr-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit