AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hand of sorrow ; libre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Harvest Triumph.
Les mots ne vivaient que par eux.

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 23
PUF : the sweet temptation.
Date d'inscription : 09/08/2010

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp:

MessageSujet: Hand of sorrow ; libre.   Sam 4 Sep - 14:41

So many dreams were broken and so much was sacrificed
Was it worth the ones we loved and had to leave behind ?


La pente. Le sol avait beau être plat, il était attiré vers le bas, vers le gouffre, vers les profonds abîmes du néant. Il n’a rien à faire, alors il soupire, il se laisse bercer par la douce mélodie du vent, il s’ennuie. Il se meurt. Lui qui admirait les étoiles par le passé – lui qui est cloué au sol, inexorablement attiré vers les ténèbres. Ô quel malheur ! Il se morfond, et il se meurt, toujours et encore. Il lance un regard désespéré au firmament, mais les étoiles ne brillent plus, la lune s’en est allée ; il n’y a qu’un vaste et sombre océan qui ne semble en finir alors il baisse la tête et se contente de contempler le ciel et d’imaginer la présence des étoiles en ce soir de nouvelle lune. Peut-être était-ce une éclipse ? L’éclipse ou la nouvelle lune ? Il faut faire un choix, un choix entre le rien et le néant. Comme cela est stupide ! Il trésaille et il soupire, une fois encore. Il laisse la langueur l’achever, ainsi sa mort sera douce et agréable ; la mélancolie l’empoisonnera. Et l’antidote n’existe pas – plus. Quelle folie ! Il murmure : « Tu étais ma vie ma douce, tu seras ma mort. » Sa voix est doucereuse, à l’instar d’une caresse. « Pardonne-moi. » Sa voix se brise, aucune larme orne le coin de ses yeux cependant, pleurer ne servirait à rien, pleurer serait lâche – car c’est par sa faute qu’il en est arrivé là. Ma faute. Il continue d’avancer parmi les hautes herbes avec cette même expression ancré sur son visage : l’impassibilité, tantôt le dédain. Il porte un masque. Il a honte de lui, honte de ses tourments. Pourtant, il aurait pu parcourir des milliers de kilomètres si cela l’avait ramené. Malheureusement non. Les miracles n’existent pas, il n’y a que l’espoir qu’un jour, l’irrationnel se produise. Et cet espoir le tue, il espère trop, alors il confond ses songes et la réalité ; il devient fou. Pourtant, il ne cesse d’attendre, de l’attendre ; son espoir ne meurt pas. Il fait quelques pas en avant, sa démarche est souple, gracieuse ; ses crins virevoltent au gré des plaintes de la brise. Il fait froid. Ce paysage est le reflet de son coeur. Au sol, des herbes vertes : l’envie. Au ciel, un océan noir et ténébreux : les ténèbres, et le froid ; le voici perdu parmi les hautes herbes, perdu parmi ses songes infâmes. Il ne prononcera pas le nom de celle qu’il aime, cela serait semblable à une tentative de suicide, une tentative vaine, souffrance pour souffrance. Il se ressaisit, Harvest Triumph n’est pas un faible sentimental, il est un sale type aigri, méprisant et sarcastique, celui qui est incapable de ressentir le moindre sentiment sinon le dédain. Rictus mauvais. Il toise la plaine de toute sa grandeur, ses crins noirs et sales retombant mollement sur son encolure gracile fièrement dressée. Ses prunelles d’obsidienne sont glaciales et semblables à un gouffre interminable, son regard est dur, hautain ; le déguisement était invisible. Il émet un léger sifflement, à l’instar du vil serpent qu’il est. Et le vent souffla de plus bel. A l’horizon, un bruit se fait entendre ; il ne bronche pas, il se moque bien des autres. Nouveau bruit. Il tressaille cette fois-ci, mais il ne se retourne pas, à quoi bon ? Que les Enfers viennent le chercher, il l’aura mérité, il n’est qu’un sale c*n. Et voici que les mauvais songes reprennent et s’abattent sur lui. Un rire. Des larmes. Tout cela semble si réel. Et tout cela est si faux. Quelle tristesse ! Il murmure alors : « Achevez-moi. »

Revenir en haut Aller en bas
 

Hand of sorrow ; libre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l i f e h o r s e — Le RPG. :: Beginning. :: Anciennes Terres :: LES MOTS NE VIVAIENT QUE PAR EUX. :: Ils furent longtemps suivis.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit