AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Some years later _ Crooked Smile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BlackBerry
Blacky - Chien : D
avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 22
PUF : Pocket
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp: Envie de rp *_*

MessageSujet: Some years later _ Crooked Smile   Dim 7 Nov - 20:54



    Earwen; With Crooked Smile.


    Il est loin, le temps des amants;
    L'été a passé, acide et violent,
    Mais l'Automne est comme un éternel Hier :
    J'entends un vent connu.

    Ecoute, comme mon coeur a pensé à toi.



    &... L'aube esquissait l'aquarelle d'un nouveau jour. Cela faisait longtemps que les lucioles avaient ôté leur habit de lumière, car une plus dense leur aurait fait ombre. L'astre fou épousa sa peau fraîche et le cuivre habile de sa crinière au sortir du ciel. Earwen, une voyelle de trop, déroula les accords majeurs de sa robe rutilante dans l'éther sacré. Quelle Beauté que celle qui dès le printemps, celui de cette année ou peut-être celle d'avant, avait disparu à la lisière de la forêt où les cimes placides l'avaient préservée du Temps. C'était cette enveloppe charnelle si chère aux frondaisons, elle vivait de poésie et de Nature mais elle en était déjà morte depuis longtemps. Depuis longtemps, l'éternelle saison Automne couvait en son cœur, et elle se souvenait encore, de ceux qu'elle avait croisés au détour d'une jeunesse avide et vivante où le brûlant d'un souffle pouvait embraser les chairs.

    Ô la Vie, si douce et bohème, si prompte à trouver fin, qui n'avait pour elle d'autre tombeau que les forêts du monde. Seul le goût sauvage des mots d'antan sillonnait immuablement sa gorge.

    L'alezane projeta le brun sublimé de son regard sur l'étendue vallonnée. L'autan compréhensif pleura dans ses yeux; un spasme champêtre étreignit son cœur passionné au lever du jour jeune et ardent ...&

___________________



Personnages fixes.
Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Decency
Wonderland, here we go !

avatar

Féminin Nombre de messages : 4019
Age : 25
PUF : Hiatus
Date d'inscription : 26/12/2007

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours: 3
Mode Rp: Actif/ve

MessageSujet: Re: Some years later _ Crooked Smile   Mer 10 Nov - 22:53

N'envie pas le reste de ce que tu n'as pas vécu.

Douce et incessante mélodie, à corps et à cries. Qui exhorte le vagabond, à courir par là et se demander, tout bas - tout bas - d'où le vent, vient. Mais personne ne te regarde car tu n'es qu'une et que là-bas, tes pieux petits amis dorment dans leurs lits. Ils n'ont que des foyers par vingt et par milles, mais comme le poète ils ne montent pas, les collines de leur pays, encore, ici par d'autres monts et d'autres vaux. Des Bals de Provence il n'y en a pas qu'un mais la danse chez nous est bien meilleure tu en conviendras, petite. Car jamais, au grand jamais, une seule colombe n'y est tombée.

Et tu te ris de ces infamies, de ces ridicules sérieux qui crispent leurs têtes avachies. Ils se fixent et en meurent; d'asphyxie. Et peu à peu, te te sens plonger dans un autre ailleurs, un meilleur cette fois ! Pour survivre à la beauté du Monde tu te crèves les yeux et laisses couler, longtemps, longtemps, l'écarlate de ta vie. Aquarelle épaisse que tu te représentes, car tu n'as plus rien et que tu te compares à l'artiste que jamais, tu n'attendras. Tu es pauvre mais ton cœur suinte d'un beurre couleur lumière. Mais reviens, reviens et caracole encore pour le bien et la raison d'un être qui te guette et se noie.



Petites lucioles qui virevoltent dans cette nuit gelée. Aire de luxe et de désir, le plaisir des yeux n'a d'égale que celui que son esprit offrait à son cœur; il marchait au dessus, dans un val détrempé. Sa peau brune était sombre des ombres qui s'allongeaient par saccades. Tremblotantes flammes, évanescentes et éphémères. Ses oreilles se tortillèrent à la vue de ... sa vue. Drôle et insensée connaissance d'un monde parallèle qui pleurait hier sur la mort d'un pigeon. Elle tournait souvent dans sa tête étroite n'ayant plus de limites que ce que l'imagination réfrénait. Il sourit de travers, comme à une habitude qu'il voulait donner. Son âme tiédit dans le vent. Petit zéphyr d'un tendresse oubliée.

Les années glissent sur vous, n'osant par trop de pitié ou trop d'émoi blanchir un seul brin de votre robe enflammée.

Sa voix résonna d'un octave chavirant, un pied se soulevant pour se rapprocher sans déhanchement inutile vers l'objet d'une passion spirituelle.

___________________
Pàvel
G
rowling c a t s in burning shadows. Get the rest.




Dernière édition par Decency le Ven 24 Déc - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lifehorse.forumactif.com
BlackBerry
Blacky - Chien : D
avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 22
PUF : Pocket
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp: Envie de rp *_*

MessageSujet: Re: Some years later _ Crooked Smile   Sam 13 Nov - 21:15

    Des années suspendues à nos voiles,
    Volent et s'arrachent;
    Je te Vois.




    S'enfuit le beau vent sur tes os bruns, un œil qui sourit et l'autre qui déduit, alors ce jais tranquille qui grignote sur tes lèvres me ramène. Où ? Là-haut, loin là-bas, autre part où je pourrais croire que jamais nos regards ne se sont parlés. J'ai écouté longtemps les violons et leurs plaintes euphoriques, ils croyaient à leur bonheur, je les écoutais chaque soir après la fête, mais les voix fuyaient toujours un peu plus loin alors que la nuit couvait plus sombre et peu à peu ... je te voyais mieux. Tu sais les autres ont oublié, et j'oubliais avec eux leurs visages. Je n'essayais jamais de les rattraper, la nature m'a rappelée à elle; écoute Beauté comme je te suis dévouée.
    Mais un oiseau qui crevait entre nous. Un, suffocant, pour nous rapprocher, ou, nous séparer peut-être ?
    C'était l'espoir embrasé, et sanglotant, la promesse d'un infini, prières violentes du cœur de nos cœurs, tu étais là, tu es là; ah mais qui sommes-nous, pour nous revoir ainsi sans parures.
    A moi tes passions secrètes, depuis toujours je meurs d'amour tu le sais.

    Pour un éternel envolé.



    Elle se tenait, songeuse, légèrement en retrait des luminescences d'un mauve inquisiteur qui psalmodiaient, emportées par les courants bruts de cette si longue nuit. L'alezane perdit les reflets de ses yeux dans l'obscur et déraisonné néant qui venait d'en haut. Pourquoi était-elle ici ? Quelle étrange phénomène avait pu l'emmener loin, si loin de sa chère et mille fois connue forêt ? Un doute enfantin parut merveilleusement sur ses lèvres comme jamais depuis longtemps. Une gaieté éphémère tarauda ses hanches pour s'évaporer aussitôt dans sa chair comme un doux venin. Dans un mouvement spontané elle décala ses hanches en quête des lueurs qui valsaient au défunt hasard mais sans jamais trop s'éloigner, comme si d'invisibles murs les contenaient en un nuage irrégulier.
    La même tendresse saisit le velours de son poitrail lorsqu'elle distingua aussitôt, comme s'il était là depuis de longues minutes, le brun fugace qui précédait l'armature simple et non moins difficile à cerner du mâle drôlement ... connu.
    Ses yeux resplendirent d'une orfèvrerie sacrée, braises ravivées. Elle accorda au trop antique subtil de ses mouvements un pas, un seul, ample et d'une grâce suffisamment dissimulée pour révéler la certitude d'une Nature simple qui avait repris ce corps sauvage et l'avait sans doute mieux embelli; à défaut d'autre chose. Et dégagea ce doux parfum résineux.

    Une longue tirade introduit son arrivée puissante.
    Elle répondit à cette voix aux accords délicatement mineurs et balançant, et comme toujours un regard pour soutenir les mots.

    - Je croyais que désormais j'attendrais l'Aube seule. Elle hésita à peine, imperceptiblement, et accompagna d'un sourire décent, naissant irrépressible, et tendre. Le Temps semble n'effacer ni les silhouettes, ni les souvenirs, en fait.


    Presque comme Hier, trop peu a subsisté et si peu a changé, enfin, quel jour sommes-nous ?
    Il fait nuit, c'est la Nuit, j'avais oublié.

___________________



Personnages fixes.
Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Decency
Wonderland, here we go !

avatar

Féminin Nombre de messages : 4019
Age : 25
PUF : Hiatus
Date d'inscription : 26/12/2007

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours: 3
Mode Rp: Actif/ve

MessageSujet: Re: Some years later _ Crooked Smile   Dim 14 Nov - 17:12

Regarde l'oiseau,
Ce ramage magnifique,
Qui se décompose lentement.



Un simple petit écart cru noyer tes espoirs, mais trop peu furent-ils, ils résistèrent à ce vain commandement de ton esprit inconscient. Vague corolle de couleur qui lisse les visages impatients. Ta moue distante n'avait qu'un reflet, qu'une seule heure, moment de puissance impalpable. Alors tu les fixes, loin loin dans ta danse de tessons, le cœur vibrant hors du monde. Rien d'important dans cette gigue éplorée, noyée dans une seule larme. Feu follet de lumière qui tape et qui crie. La faim au ventre tu les fixes, faim d'une chose dont tu ne connais l'objet réel. Tu n'es qu'une petite fille au milieu d'une prison de lumière où l'oxygène de tes pulsions n'est réfrénées que par cette chose qui te creuse, qui t'enferme. La cour de ton enfance est neutre et saturée de couleurs imaginaires.

Il n'y avait jamais malgré tout qu'un paysage nécrosé, enluminé par des arabesques artificielles et éphémères. Leurs hanches houleuses se décrochent dans la nuit silencieuse et vibrante. Boléro phosphorescent qui enchante, et impose une transe à leurs corps moins substantiels que leurs âmes fissurées de leurs attentes déraisonnables. Un rien de bonheur dans cet éclat, ses lèvres qui se relèvent irrésistiblement, douce ironie.

La fascination engendrée par la neutralité de ses élocutions fugaces claquemurent l'atmosphère embuée. Il bride son discours à l'essentiel, comme si la chose avait volé son évidence même.

L'Aube n'a pas de maître.


Un sourire discret étaie la banalité dans son authenticité refoulée. Ses crins rasent le vent, qui crève le sol de ses ressacs violent. Son regard fuit, accrochant sans y parvenir une des lucioles ivres, et reste la haut, bien haut. Ses paupières s'aveuglent. Le souffle des ombres devient hardiesse et vitalité. Il s'envole.

Le Temps n'est érosion que pour ceux qui rompent à la douleur d'antan.

La boue perle à ses paturons imbibés.

___________________
Pàvel
G
rowling c a t s in burning shadows. Get the rest.




Dernière édition par Decency le Ven 24 Déc - 17:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lifehorse.forumactif.com
BlackBerry
Blacky - Chien : D
avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 22
PUF : Pocket
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp: Envie de rp *_*

MessageSujet: Re: Some years later _ Crooked Smile   Dim 14 Nov - 18:36

    Il était comme tous les autres,
    Brailleur et insouciant,
    Mais il s'est tu;
    A trouvé son Harmonie dans la souffrance;
    Est mort sans combattre.



    Sans cesse lutter pour essayer d'atteindre la valeur sûre et non moins céleste, l'Harmonie, c'est ce que tu disais; au point d'en devenir fou. J'ai mille fois essayé de crever le soleil mais toujours, il ne valait pas tes rayons, il ne valait pas notre cécité; je revenais un peu vers toi, à cet oiseau demi-prétexte et apogée de confusion, l'œil un peu fuyant pour finalement condamner sans concession. Ça brûlait si fort, oh mon cœur, j'ai peint ton corps comme ma subjectivité le voulait, je t'ai prêté mes sentiments nuancés au comble et qui se déchiraient dans la neutralité trop sombre de ton être fou. Tu n'étais qu'un pour m'arracher, et je m'évadais, un néant bleu pour m'aspirer alors que toi tu restais au sol et même tu t'enfonçais, tu t'évaporais dans cette terre noire qui ne valait pas la peine qu'un pigeon y creuse sa tombe. Avec le Chaos. C'était comme ça que tu l'appelais. L'indéfini et angoissant mal.
    Et j'ai voulu être près de toi. Et j'ai voulu que tout s'arrête, que le monde meurt, j'ai voulu pour cette Harmonie divine; t'avoir près de moi. Mais tu n'étais pas lui, tu n'étais que toi.

    Et ce n'était jamais que trop.



    Le satin de lumière mauve tantôt, se fissurait sur ce visage obsédant, et parfois l'engloutissait comme une vision de rêve, et le cachait à sa vue. Elle restait alors sage et immobile, bien grande et bien belle dans sa robe étincelante même dans une nuit sans soleil - Oh si je vous assure qu'il y en a pourtant - et parfois, mais on ne le voyait pas, apostrophait d'un regard la silhouette fastueuse et floue de son interlocuteur, où courait un intelligent et très parlant mystère.
    Sans secret aucun mais en toute bonne foi, elle se délecta généreusement de son discours dont la forme lui était familière : quelques mots jetés sur une vague allégorique et le tout qui emportait le reste et même l'infini dans un tourbillon, écumant, balancé sur la grève. C'était une mélodie du large pas trop refoulée mais assez significative; quelques notes encore et elle ramena à elle la fugitive vision d'une crique, esseulée; Ivresse d'un entracte solitaire.
    Son cœur bondit, allègre, mais calme.
    La parole cependant lui était cette fois-ci plus douce, et légère, et sans doute liée plus intimement à sa destinataire, si au moins il y en avait une.
    Hypnose tiède et tendre. Mais cela n'avait jamais été aussi réel.

    Elle sentait le froid, elle sentait l'humide couronnant la pointe de ses sabots, et ce fouillis de vent qui glissait sur sa nuque et frappait, plus loin, de l'autre côté, les ombres bohèmes qui couraient sur la jugulaire du mâle brun. Curieuse ascendance.
    L'alezane souffla, doucement, avec cette élégance raffinée et sauvage dont elle était l'unique sujet. Un sujet qui n'appartenait à rien, sinon peut-être à la Terre.
    Mais qu'était-il au fond ? Une éternité dans son fascinant sourire, le sien.
    Que crève la réponse, il n'y en avait guère qu'une, plus divine et inaccessible, même aux éternels poètes.

    En écho à ces élocutions masculines qui étaient la substance même de l'impalpable; fulgurante quintessence d'un vent qui ne gémit qu'une fois; elle lui adressa la féminine douceur de sa voix, un demi-ton majeur usuel aux nymphes, un chant sylvestre.

    - Sommes-nous des Immortels ?

    Et un rire, pour un rien, pour une allégresse inconnue; pour le plaisir de le voir, envolé.
    Elle se rappelait.

___________________



Personnages fixes.
Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Decency
Wonderland, here we go !

avatar

Féminin Nombre de messages : 4019
Age : 25
PUF : Hiatus
Date d'inscription : 26/12/2007

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours: 3
Mode Rp: Actif/ve

MessageSujet: Re: Some years later _ Crooked Smile   Mar 23 Nov - 17:26

Stay the Night.


Morte nuit d’un fol espoir. Je ne retrouverai jamais la même écuelle qui m’accueillait chaque soir, comme tribu d’une humeur avachie, mais apaisée. Je ne regarderai plus jamais les étoiles comme jadis de peur d’émousser le geste poète, que tu exécutas maintes fois. J’ai toujours joui de la grande richesse de ton coeur aux promesses vivantes. Petit éclat de rire qui soulève brusquement tes côtes endolories. Tu pleures d’une douleur qui n’est pas la tienne mais tu persistes. Tu persistes car l’essentiel te donne l’envie.
Non, non. Je n’ai jamais aimé que cette douce imagination qui calfeutrait le noir profond de mes idées abruptes. Il fallait réveiller, le grand, l’immense talent, le chef-d’oeuvre de tes yeux aveuglés - barrière innocente que je me refusais à contourner. Comme une insuffisance supportée.

Je n’ai jamais vu le ciel si clair que par cette nuit si sombre.


J’aime le son de la Lune, les étoiles et les astres, tous entiers, t’appellent, à la gloire de ton âme sur les décrépitudes de la la vie. Jolie petite [...]
Comme si aucun regret ne pouvait tuer cette énergie sans limite. Tu émerveilles la Nature même, comme une file prodigue. Alors que c’était moi. Juste moi, qui, là, revient du gouffre profond de l’ennui d’un désert absolu. Je ne referai plus jamais les même erreurs, le passé qui nous engloutit, me noie dans l’empatement artistique de tes plus folles pensées.
Et je me répète, je divague et je déraisonne. Je balbutie les petites phrases oubliées de l’Autre-Monde. Je suis à la porte et personne n’osera jamais m’ouvrir . Comme à une curiosité sans façade, un air dangereux d’abîme sans fond. Mes mots pesés ont fait taire plus d’inconsciences qu’aucun quidam consciencieux ne voudra le croire.
J’aime la magie de cette nuit étoilées. J’aime le reflet de cette Lune argentée dans tes crins enflammés, et le doux miroitement de l’aquarelle des météores en fusions de tes hanches éclatées. Alors ferme les yeux et oublies-toi à ce monde majestueux.

La fatigue laconique enivre mon corps démuni et mes tympans sifflent la rancoeur des impulsifs, la haine éthérée des Puissants. Je connais le nom de tes peurs comme la ride excavée qui vogue et vire au temps d’un ailleurs soudain. Je violente ta volonté de silence, atterré. Je m’en allais et fuyais encore, à l’Eternel; mais je t’attend, comme l’empereur sa victoire.

___________________
Pàvel
G
rowling c a t s in burning shadows. Get the rest.




Dernière édition par Decency le Ven 24 Déc - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lifehorse.forumactif.com
BlackBerry
Blacky - Chien : D
avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 22
PUF : Pocket
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp: Envie de rp *_*

MessageSujet: Re: Some years later _ Crooked Smile   Mar 21 Déc - 18:54

Music.


    Do you still remember us,
    when death and ghosts are coming ?



    Un souffle opportun suffit au sourire, y épuise de cette façon sublime et secrète, la grâce, le vent, naturel et frais; une humanité légendaire. Un souffle qui s'éteint dans ses flancs sans qu'on y prenne gare, car l'on aimerait et l'on croit surtout, que cette mélodie allègre ne fuit jamais et virevolte toujours en accord avec les lèvres qui l'ont bercée. Pour honorer ce rire accordé, elle en fait jaillir les vestiges silencieux dans ses iris mordorés, gaiement, y reflète l'Unique élégance qu'il lui rend, la jeunesse enfin vivante que Sa voix insuffle à ses hanches. Pour sans doute la première fois depuis un temps incommensurable, elle se sait belle, se veut belle pour lui, resplendissante pour le pur plaisir de ses prunelles brunes, elle ne voudrait être qu'à lui; une pièce de choix. Ô Beauté qui comble, qui conforte, Beauté qui sommeille et n'attend qu'un souvenir surgissant pour t'éveiller, comme tes longs sanglots ont, en riant, émerveillé leurs cœurs. Respire. Il est là. Danse.

    Un air froid s'engouffra brusquement dans sa gorge. Inclinant son encolure elle observa de cette façon farouche et amoureuse la rosée qui perlait un peu partout et gelait par endroit, en petits cristaux ravissants et hostiles.

    Et la neige ? Tu les as entendus comme moi, leurs invocations. Et l'on se rit chaque année de les voir attendre la neige, la poudreuse, l'immaculée, la précieuse et intemporelle condition d'un hiver féérique. Ils invoquent, ils demandent, chaque matin écartent les paupières avec l'irréductible espoir d'un quelconque éblouissement. Et atterrissent sans conviction sur ce sol détrempé. Mais demain c'est promis il neigera.
    Et l'on finit par espérer avec eux. On finit par y croire, par le vouloir; s'associer à une cause aussi large n'est pas si mauvais. On joint nos prières au reste du monde.
    Mais dans le petit noir de mon cœur, cet immense brasier, je sais que je n'ai besoin que de toi pour apprécier cette musique, je sais que je ne veux que toi, pour entendre mes rires et mes sanglots, pour comprendre nos consciences étalées et étirées sur le drap blanc comme un linge qui ne s'use jamais.

    Je t'ouvrirai la porte. Nous sommes déjà chez nous. Un peu ailleurs, un peu ici, un entre-deux, un toujours plus beau pour ravir les cœurs passionnés. J'ai dormi trop longtemps. Enfin, juste assez. Maintenant il faut rêver, car je ne me réveillerai plus jamais.
    Je n'attendais que ça. Tes mots. Emmène-moi là où tu m'avais promis d'aller, la promesse de ton regard tu te souviens, tu avais promis de m'emmener danser au clair de lune; Nous ne nous perdrons jamais.

    Toute jeune et pourtant sage, elle lui rend ses yeux dévoués, ils étincèlent, éblouis par l'image qui leur est donnée en offrande. Elle fait un pas de côté, un autre en avant; heureuse, et repense aux amours lointains. En réponse à ses mots, l'alezane acquiesce brièvement de la tête. Chacune des paroles qu'il prononce lui semble avoir d'abord couvé en son cœur à elle, c'est une petite musique qu'elle connait et chérit.

    - Vraiment, c'est amusant. Il me semble avoir oublié votre nom. Me l'aviez-vous seulement donné ? Oh, sans doute que non, ou peut-être alors vous ai-je appelé autrement. Ce ciel clair et cette nuit sombre, s'ajoutent à ce nom. Pourrais-je vous décerner la neige également ?

    Elle se tait mais elle rit toujours, au fond. N'ayant d'autre délectation que l'être surnageant qu'elle a de nouveau rencontré.
    Et comme pour amorcer l'humble prodige, les premiers flocons de la saison ornent le sol; timides.

___________________



Personnages fixes.
Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Decency
Wonderland, here we go !

avatar

Féminin Nombre de messages : 4019
Age : 25
PUF : Hiatus
Date d'inscription : 26/12/2007

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours: 3
Mode Rp: Actif/ve

MessageSujet: Re: Some years later _ Crooked Smile   Mer 22 Déc - 0:34

Listenning hard not to believe.

Alors il se découvre, lentement, à une inexorable désuétude, une autre partie d'un jeu exalté. Il regarde la neige qui s'ouvre sur son dos. Ces myriades étranges et délicates qui s'écrasent et se creusent. Il ne peut voir autrement que cette soudaine douceur, rugosité ardente d’un palais de jouissances publiques. Il oublie le temps dans un parfait délire, dans un autre espace; aérien.
Et comme avant, comme cette autre et première fois que leurs prunelles brunes ont touché d’un seul battement la même et unique colombe, il se sent léger, léger. Petit zéphyr de lumière dans un océan de flashs et d’écritoires luisants. Le sang du pigeon qui jadis rougit le crépuscule, réitère son invitation sublime au bal des chats gris. Et alors ils se relèvent et leurs pensées s’embrasent dans le feu d’une gloire embuée. La valse, à l’instant fraiche et provençale se déride à un sud plus aigu. A un Sud de murmures profonds et de griffes acérées.

Par un jeu de regards, elle fait bailler une porte. Une porte d’enthousiasme et de venin guérisseur. Une illusion joyeuse à laquelle il serait, si facile, de succomber. Les quelques notes d’une flûte en octave viennent briser ces quelques accords, plongeant la nuit dans un reste de silence; cotonneux. L’humidité remonte le long de ses jambes sombres. Seules les quelques rares lucioles hivernales découpent avec dextérité le paysage. Une scie qui floute et mélange les contours en dérive. L’étalon clôt ses paupières quelques secondes, la tête lourde, enivré de son parfum sans pareil.

- Drôle de chose que cette poudre froide qui fait dinguer les cœurs. Éclat d’hiver dans un proche présent. Un vert sapin plonge mes pensées dans un éther lointain.

Il sourit de ces phrases inutiles et belles à la fois. Seulement rares et factices, petits apparats endimanchés. Son expression se peint à la vitesse du génie. Coin d’ironie dans tant de passion.

- Mon nom, qui n’avait pas d’importance à l’époque et qui n’en a pas plus à ce jour, décrit cette neige qui nous embaume. Il est la danse au clair de Lune, les outrages pulsionnelles, vos plus belles conceptions. Quelques syllabes qui peuvent anéantir de trop belles vagues innocentes. Je n’en laisserai rien pour l’instant ...

Puisse le ciel accompagner chaque vertu en son âme et conscience. Insolite idée.

___________________
Pàvel
G
rowling c a t s in burning shadows. Get the rest.




Dernière édition par Decency le Ven 24 Déc - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lifehorse.forumactif.com
BlackBerry
Blacky - Chien : D
avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 22
PUF : Pocket
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours:
Mode Rp: Envie de rp *_*

MessageSujet: Re: Some years later _ Crooked Smile   Ven 24 Déc - 15:24

    There is too much love in dead lovers.



    "Il est la danse au clair de Lune, les outrages pulsionnelles, vos plus belles conceptions." Et ses yeux étaient clôts, non pas comme ceux d'un enfant qui, sage, désire entendre la petite voix imaginaire de ses rêves les plus fous, non. Il fermait les yeux sur le beau, le vibrant, pour mieux en retracer la finesse et l'absurdité, et dans le sombre silencieux inscrire ces fragrances uniques et précieuses. Elle resta coite et éprise, ce n'était point la première fois qu'il lui dérobait son regard ainsi. C'était ce qu'il y avait de plus insistant chez sa personne, son unicité, sa façon de seul percevoir le monde dans un cataracte violent et de n'en déléguer seulement que quelques gouttes pour ses égaux; ou sinon les mots se tariraient et leurs objets perdraient sens et raison d'être.
    L'harmonie est un petit trésor qui se love dans le creux des veines et se déguste à part. On ne saurait en arracher le tiers, pâli et rugueux, puis abandonner l'essence atrophiée et solitaire dans ce qui était son palais de jouissance. Non, elle se conserve, elle réclame d'être choyée et bercée comme un enfant, elle se veut musique et non partition. Elle s'entend mais ne se chante pas. On ne peut que la recueillir, l'abriter, et secrètement, en apprécier la quintessence ultime pour sceller son sublime dans le silence des cœurs.

    La mousse hivernale étouffe ses quelques pas qui le rejoignent mais il ne le sait pas encore. De petits saphirs de quelque chose explosent le coin de ses pupilles en fonte. Un souffle tendre et fugace violente ses naseaux et creuse sa poitrine; Son arôme, ancestral, floral et ibérique. Gravement seule en son cœur, elle renie le battement des lucioles, et veille ce visage intime et pénétrant où s'inscrivent de nombreuses années secrètes. Ce visage qui aurait pu être son aimé, sa passion fulgurante mais toujours immortelle. Aurait pu seulement. Un vague sourire étend ses lèvres dans l'émotion qu'elle est la seule à garder et ne délivre point même à lui. L'eau scintille dans ses yeux mais sa voix murmurante lègue toute sa dévotion. Sucrée, et amoureuse. Amoureuse pour un autre. Et jeune. Toujours.

    - Alors, emmenez-moi danser au clair de lune.

___________________



Personnages fixes.
Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Decency
Wonderland, here we go !

avatar

Féminin Nombre de messages : 4019
Age : 25
PUF : Hiatus
Date d'inscription : 26/12/2007

Feuille de Personnage
Nombre de topics en cours: 3
Mode Rp: Actif/ve

MessageSujet: Re: Some years later _ Crooked Smile   Sam 25 Déc - 20:54


he's got the whole world in his hand.

Elle brise un à un les malheureux flocons qui se frottent malicieusement et avec pour seul cri de douleur un grincement étouffé. Discrétion coutumière de la neige, qui n'égale sans doute, pourtant pas, l'herbe fraiche ni la terre brune. Les paupières de l'étalon se creusent inconsciemment alors qu'il laisse le flot de ses pensés suivre son cours - plutôt cocasse si l'on en compare les sujets habituels. Petit sourire restreint alors que l'étouffement de chaleur et l'impression du vent s'est apaisée sur sa robe épaisse et imprégnée de gouttelettes.

La petite, douce lui rappelle l'espoir d'une autre. Fragile Imagine qui ne voyait dans le monde que cette apparence de tromperie. Berne bien qui est berné. Il a dépoussiéré sa vision d'un univers prenant, déchiré ses prunelles aveugles. Trouble solde, peut-être n'aurait-il pas dû ? Il y avait toujours ce doute, petite crevasse grisonnante, sarcelle fuyante en dérive continue. Un vole chronique de petits rêves en suspend. Elle souriait comme ça, la petite à la robe d'ébène; triste et douce. Si craintive, si confiante. Tellement jolie avec ses yeux acajou, qui brillaient là; éclat du dernier venu, brise infantile qui retourne l'âme. Puérils coins de lèvres qui s'étiraient sans façade. Douce joie de vivre comme chose naturelle, allant de soit. Profiter de la vie avant ... avant ... avant le bout du chemin. Ce qu’il n’attendait que trop. Visions tergiversantes d’objets impalpables et générateurs de frustrations communes.

Elle marche dans la neige toujours, elle le suit, comme une étrenne embrasée, chaleur d’un feu sans témoins. Obsession privative. Il sent son souffle brulant près de son flanc, exaltant ses sens asphyxiés par le froid. Son bassin suit ses hanches osseuses, elle est presque maigre sous son manteau d’hiver. Un grillage squelettique se dessine sous sa peau de jeunesse. Elle tousse un peu, la saison sans doute. Un grain de sable éphémère dans sa gorge fine. Un petit rien.

Et soudain, détonation d’un passé effleuré, une invitation promise, certes, mais il y a si longtemps. Une pleine lune imagée d’une langueur époustouflante, dragée circulaire d’un baptême de feu. Une course, un être fou imprimant ses pas dans le sol meuble et ses émeraudes infinies qui clament la nuit. Valse d’un dernier espoir.

- haha ! C’est trop facile, trop facile. Une demande aussi simple de votre part, et je m’émeus ... Et j’ai, sans l’ombre d’un doute, raison.

Il sourit, de ce sourire de travers, ce petit coin d’ironie, de défiance et de résolution. Il exhibe son cœur comme un trésor, une victoire. Et il n’en sait rien, car il est plus sceptique qu’aucun autre, surtout vis-à-vis de lui même. Il vit le monde et accepte le temps.

Il se retourne et se noie dans l'océan pacifié de son regard brulant.

___________________
Pàvel
G
rowling c a t s in burning shadows. Get the rest.


Revenir en haut Aller en bas
http://lifehorse.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Some years later _ Crooked Smile   

Revenir en haut Aller en bas
 

Some years later _ Crooked Smile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l i f e h o r s e — Le RPG. :: Beginning. :: Anciennes Terres :: FOLLOW THEM ... :: Des étoiles dansaient devant leurs yeux.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit